Articles

L'AUTOMNE DES GEANTS
"Alors que les couleurs de l'automne font place à la neige de l'hiver, nous savons que les Géants entreront bientôt en hibernation. Nous voyageons avec un de ces Géants, le gardant en sécurité pendant son voyage pour se rassembler avec d'autres comme lui"
Je m'appelle NoAnde. Je suis, ou j'étais, le chamane de mon clan, le chef d'une armée de Rêveurs au service d'un dieu extérieur du nom d'Ojiakw-A'nihlea'. Cette divinité vit avant tout dans le Rêve. Elle y a établi son royaume qu'elle accroît en partant à la conquête des rêves de ses victimes et des victimes que nous lui offrons. Ojiakw-A'nihlea' sait être reconnaissant. Ainsi, mon dieu m'a remis l'« Armée de la Foi », une couronne qui me permet de convoquer et contraindre un rêveur à me faire don de ses capacités oniriques. Je vis dans la forêt de Millevaux, domaine et avatar de la Chèvre Noire des Bois aux Mille Chevraux. C'est dans c…
THE PROCESSION
Edmund Valley est un petit village, un « patelin » comme on dit. Perdu le long d'une route peu fréquentée, ce n'est pas le désert mais il y règne une chaleur écrasante la plupart de l'année. On ne sait plus pourquoi les fondateurs de ce patelin se sont installés ici. On ne se pose plus la question. La réponse pourrait être gênante. Les habitants s'en sortent tant bien que mal. Le peu de passage permet la survie d'un pe ude commerce. Certains se sont mis au e-business. D'autres persistent à vouloir faire pousser quelque chose. Bon, quand même, il y a la mine et la carrière. Toutefois, Edmund Valley ne respire pas la joie. C'est peut-être ce qui leur manque le plus aux habitants, un peu d'entrain. Ce serait peut-être plus facile si l'accès à l'eau et l’électricité ne posait pas de problème. Il y a parfois des coupures et elles peuvent être longues. Et puis, ça manque de nouvelles têtes aussi. Ici, tout le monde se connaît et non p…
LEDGER A-1
Je suis le capitaine Sangre No Flambos. Je ne suis pas le capitaine de grand chose mais je suis capitaine quand même. Je dis « pas grand chose » car, aujourd'hui, il ne reste plus grand chose de notre monde. « Notre », c'est excessif. En vérité, ce monde ne nous appartient pas. Il ne nous a d'ailleurs jamais appartenu. Toutefois, nous ancêtres voyaient les choses différemment et la minorité qui voulait se faire toujours plus d'argent a réussi à convaincre la majorité qui avait peur de perdre son petit confort matérialiste et consumériste de jouer son jeu néolibéral et de pousser le bouchon toujours plus loin. Ils ont fini par le pousser juste trop loin. Le réchauffement climatique est l'une des conséquences désastreuses de leur « philosophie ». Cela s'est traduit par une fonte des glaces qui a occasionné une montée des eaux et, aussi paradoxal que cela puisse paraître, un refroidissement climatique dans des zones jusque là tempérées. C'était il y…
THE MYSTERIES OF ADDY SEA
Cette demeure, située à l’angle de Ocean View Promenade et North Atlantic Avenue, fut construite en 1901 dans la petite ville paisible de Bethany Beach, Delaware, par le colon et plombier John M. Addy venu de Pittsburgh, Pennsylvanie. Il l'appela Addy Sea et elle devait lui servir de maison de vacances, pour lui et sa famille. Transformée par la suite en Bed & Breakfast, ce manoir victorien a été le premier dans la région à avoir accès à l'eau courante et des lampes à gaz. Mais elle se trouve également sur des terres algonquines volées. Et on raconte que les os de cette maison ont été imprégné de tempêtes et de drames tels la Grande Dépression, et la mort elle-même. Concrètement, on dit que cette maison est hantée !
Je suis Hank Rider. Mais sur le net, on me connaît plutôt sous le pseudonyme de Spider Tank, le détective de l'occulte ! Je vais passer les 13 prochaines nuits ici, à Addy House, afin de savoir si tout ce qu'on raconte est vr…
SENTINEL
Je suis Les Larmes, mon corps de mortel n'a pas d'autres nom. J'ai été délivré de mon chagrin par le Papillon. Le servir est ma plus grande joie. Le Papillon m'a sorti de mon chagrin. Je suis Les Larmes mais, grâce à lui, je suis des larmes de joie. Le Papillon sait combien je lui sais reconnaissant et loyal. Il me fait confiance. C'est pour ça qu'il a fait de moi le gardien de son Sanctuaire. Cet endroit où il a rassemblé les éléments les plus étranges de sa collection, qu'il s'agisse d'objets ou de livres.
Je suis Les Larmes. Je ne suis pas qu'un voleur ni un simple garde. Ici et maintenant, je peux montrer une vision d'exaltation ou changer le joie en regret. Je suis Les Larmes. Le Sanctuaire est un petit bâtiment de pierre claire, construit sur le tard dans la cour de notre forteresse. Il n'y a pas de fenêtre. Aucune ouverture ne permet d'accéder au toit en terrasse. Il n'y a qu'une porte en bois et fer forgée…